Le chevesne

Le chevesne ou chevaine (Squalius cephalus) est un poisson de la famille des Cyprinidae très fréquent dans les eaux douces d’Europe. On le rencontre principalement dans les rivières de 2ème catégorie, ainsi que les zones inférieures des rivières de 1ère catégorie. On peut aussi le retrouver également dans les fleuves et certains canaux. Le Chevesne adulte vit généralement entre deux eaux ou près du fond. En été il est souvent plus près de la surface et proche des berges à la recherche d’insectes alors qu’en hiver il descend vers le fond.

Chevesne - Le Mung (17)

Chevesne pris à la ligne flottante à l’asticot dans le canal de l’UNIMA – Le Mung (17)

—————————————————–

Chez l’adulte, le corps est cylindrique et allongé, couvert de grosses écailles. Il est caractérisé par une tête à front plat avec une bouche large. Le dos est généralement foncé (gris-noir) et les flancs brillants ou parfois légèrement dorés. Les grands spécimens atteignent 80 cm pour environ 4 kg. C’est une espèce grégaire se déplaçant en banc souvent composés d’individus de même taille. Ce poisson est omnivore. Il est réputé pour manger pratiquement tout : vers, larves, crustacés, mollusques, insectes, mousses de rivières, fruits et petits poissons. Dans notre secteur, il est présent surtout dans la Charente, la Boutonne, le Bruand, et le Canal de l’UNIMA. 

Chevesne - Romegoux (17)

Chevesne pris à la ligne flottante à l’asticot dans la Charente – Port-d’Envaux (17)

——————————————————————————————————

Techniques de pêche : conseil personnel

Le chevesne est un poisson méfiant et plutôt bagarreur ! Pour le pêcher, on peut utiliser la technique de la ligne flottante en procédant exactement comme pour le gardon. Mais il se prend généralement « par accident » car il n’est pas forcément recherché. Pour le pêcher spécialement, surtout l’été, il faut s’équiper d’une longue canne à moulinet et le pêcher le long des berges mi-ombragées en utilisant des insectes naturels. Le moulinet sera équipé d’un fil de 20 à 25/100 sur lequel on fixera un plomb « grenaille » pas trop gros et on raccordera par un noeud assez solide un bas de ligne de 40 cm en 16 ou 18/100. L’hameçon utilisé peut être un n° 16 pour les petits insectes (fourmis volantes, mouches), un n° 10, n° 12 ou n° 14 pour les sauterelles selon leur taille.  L’action de pêche est simple : laisser flotter l’insecte choisi à la surface de l’eau et surveiller le gobage soudain et brutal du chevesne ; ferrer presque instantanément.

——————————————————————————————————

Laisser un commentaire