La carpe commune

La carpe commune (Cyprinus carpioest un poisson de grande taille appartenant à la famille des Cyprinidae, et qui fréquente les eaux douces et parfois saumâtres d’Europe, d’Asie et d’Extrême-Orient. Elle se nourrit sur le fond ou à proximité des fonds (espèce benthivore) dans les eaux à courant lent de rivières et de canaux, ainsi que dans les eaux stagnantes, plutôt chaudes et peu profondes des mares, des étangs et des lacs. Elle est réputée pour affectionner les zones encombrées et la proximités de fosses.

Carpe commune - Cabariot (17)

Carpe commune de 6 kg prise au maïs doux avec une plombée coulissante dans l’étang des Moulins du Giroins – Cabariot (17)

—————————————————–

Sa taille moyenne est de 50 à 60 cm, mais peut atteindre 28 kg pour des individus de 1 m environ (voire 40 kg pour 110 cm, pour de très gros spécimens). Elle possède des nageoires plutôt épaisses, opaques, souvent légèrement colorées de rouge-orangé et bien développées. La nageoire dorsale est longue, munie d’un rayon osseux « barbelé » et de rayons plus longs à l’avant. Sa couleur dominante est brunâtre, à reflets dorés ou verdâtres.

Carpea commune - Geay (17)

Carpe commune de 2,5 kg prise au ver de terre avec une ligne flottante dans le canal de l’UNIMA – Geay (17)

—————————————————–

La carpe est omnivore et se nourrit notamment de débris végétaux, de mollusques, de larves d’insectes, de vers, et de crustacés (écrevisse). C’est un poisson qui déracine les végétaux, et à l’occasion elle s’attaque aux autres poissons ou mange leurs œufs. Elle est notamment attirée par le goût du blé, du maïs et d’autres graines. Dans notre secteur, la carpe commune est présente dans la Charente, la Boutonne, le Canal de l’UNIMA, les étangs, et même les fossés de drainage qui sillonnent les marais (petits spécimens).

Carpeaux communs - La Vallée (17)

Carpeaux communs pris à l’asticot avec une ligne flottante dans un fossé de drainage – La Vallée (17)

——————————————————————————————————

Techniques de pêche : conseil personnel

La carpe est un farouche combattant, même de petite taille. C’est pourquoi elle fascine nombre de pêcheurs qui n’hésitent pas à investir de grosses sommes d’argent dans un matériel de plus en plus sophistiqué pour la capturer. En amorçant régulièrement un « coup » avec du maïs doux, les touches ne tardent jamais à venir, et il est possible de réaliser de belles pêches de carpes. De plus cet appât reste très bon marché comparé aux bouillettes et autres artifices. Pour pêcher avec du maïs, nous pouvons utiliser 2 techniques : la plombée coulissante et la ligne au flotteur, du moment que l’appât traîne sur le fond. Si les cannes doivent être assez solides, leur équipement doit rester assez fin pour augmenter le nombre des touches : corps de ligne de 25 à 30/100, petit émerillon, 40 cm de bas de ligne d’une résistance de 20 à 25/100 auquel on fixe un hameçon spécial carpe (du n°06 au n°10 selon le nombre de grains proposé). On peut également escher une des lignes de fond avec un ver de terre, cette esche étant particulièrement appréciée au début du printemps et dans l’arrière saison. Ne pas oublier de jeter régulièrement sur le « coup » quelques grains de maïs pour attiser la gourmandise des poissons, et surtout de fixer correctement les cannes sur leur support, le frein du moulinet correctement réglé.

——————————————————————————————————

Laisser un commentaire